Billetterie

Portraits – Paulo, Yvan & Stéphane

Publié le 16 mai 2020

Paul – André Lemoigne – Programmation Arts de la Rue

Yvan Achtabowski – Programmation  / régie Arts de la Rue

Stéphane Robin – Au Fond À Gauche

C’est quoi ta ou tes missions sur le festival ?

Paulo : Je programme des spectacles d’arts de la rue depuis une quinzaine d’années. Le travail de programmation commence au mois de juin juste après le festival et se poursuit jusqu’au mois de décembre. Nous écumons les festivals d’été (Chalon dans le rue, Festival Éclat d’Aurillac et plein d’autres !). En général, on voit entre 75 et 100 spectacles par an. 

Une bonne programmation,  c’est cette alchimie qui fait correspondre harmonieusement des projets artistiques ambitieux mais accessibles, des lieux et un public (très intergénérationnel pour les arts de la rue).

On prend aussi le pari d’accueillir des créations (donc des spectacles qu’on a pas vus). L’édition 2020 devait en accueillir 3 dont 2 avant-premières. Lorsque le choix des cies est fait, commence le travail de scénographie orchestré de main de maître par Olivier Blouin, régisseur général arts de la rue depuis 25 ans. Choix des lieux, des horaires, en fonction des contraintes techniques, du soleil… Rien ne lui échappe. Pendant le festival, seule la météo peut parfois rendre la fête un peu moins belle. Les artistes de rue sont simples, bienveillants et adorent finir le festival par une belle fiesta. Les lendemains de festival sont souvent difficiles…

Yvan : Disons, qu’il n’y a pas vraiment de titre à mes missions, je tache d’être un soutien à la programmation faite par Paulo et à la régie générale d’Olivier Blouin. 

Nous réfléchissons ensemble aux meilleurs endroits et moments pour programmer un spectacle.

Nous voyons si tout est faisable techniquement, et faisons en sorte qu’il y ait ce qu’il faut, et les bonnes personnes pour obtenir une belle rencontre public-artistes. En amont, je fais aussi la prod’ des Arts de la Rue: le lien avec les tourneurs, les artistes, mettre en œuvre la rédaction des contrats de cession, les demandes aux différents partenaires ou prestataires, etc.. D’un autre côté, je coordonne la technique, pour le festival, entre Poc Pok et les différents services de Laval (services électricité, fêtes et cérémonies, voirie, espaces-verts, espaces publics…). Je tache de présenter les collègues aux bonnes personnes afin qu’ensemble soit le plus souvent possible trouvé la bonne solution. Je suis une sorte de « trait d’union »… L’idée, c’est d’être le relais entre la prog’, la technique, les désirs des compagnies et la Ville de Laval.

Stéphane : Mon histoire avec les 3LF débute en 1998 à Lassay devant Orange Blossom en tant que festivalier… Je suis donc un vétéran et on me doit le respect 🙂 ! Plus sérieusement, j’ai commencé à bosser pour le festival en 2014, suite à un coup de fil de Jeff Foulon me demandant un petit système son pour le village (je gère une  régie associative – La Cara’Pass). J’ai donc commencé par sonoriser des petites formules à la Tour Rennaise désormais close. Mon statut est donc d’abord celui d’Intermittent durant les 3LF. Sous l’oeil bienveillant d’Olivier Blouin, j’accueil avec d’autres les compagnies de rue sur site. 

Le coeur de notre mission est de mettre tout en oeuvre pour que les Artistes se sentent bien, détendus, sereins : un climat qui augurera forcément un spectacle réussi techniquement mais aussi et surtout humainement !

Suivant les configurations on se retrouve donc à monter des structures, des décors plus inventifs les uns que les autres, on rend l’espace de jeu praticable pour les artistes et pour le public en gérant les fluxs… Un travail de régisseur de théâtre en plein air ! Il y a énormément de spectacles durant tout le week end : nous sommes donc en permanence en anticipation de ce qui doit jouer après et de ce que l’on peut plier sans déranger ce qui joue, avec un oeil toujours très attentif aux questions de sécurité. Je suis également bénévole au sein de l’association ”Au Fond à Gauche” qui a été contacté il y a 3 ans par “Polo” pour réfléchir à comment rendre ce grand espace qu’est l’esplanade plus accueillant, plus chaleureux, avec la pâte que l’on connaît si l’on a déjà fait une soirée à la Crypte du théâtre sous notre houlette. Nous avons donc aménagé un espace permettant au public familial qui vient en masse d’avoir une  halte salvatrice : petits salons et parasol, coin ludique pour les plus petits, un point info/orientation, de l’eau fraîche aromatisée par nos soins, des crêpes, des sourires, des regards… Les bénévoles sont également essentiels pour le placement du public, la gestion des fluxs. On se voit donc plusieurs mois avant le festival pour imaginer un décor, une ambiance. On profite des talents de toute l’équipe pour faire bénévolement quelques choses qui se veut toujours ambitieux et coller à cette adage pompeu qui nous résume tellement :”Le citoyen acteur de sa culture !”.

As-tu une anecdote sur le festival ?

Paulo : En 2017, nous avons accueilli la cie Woest, Cie néerlandaise de danse contemporaine qui proposait une déambulation à la Perrine. Le matin de la représentation, des éléments de décor sont répartis sur le parcours, notamment un « mannequin » bizarre entouré de sacs de courses. Problème, une dame âgée pénètre dans le parc, voit ce mannequin de loin, prend peur et appelle la police. L’agent qui arrive sur les lieux n’est pas vraiment réceptif à l’art contemporain et les danseurs de la cie ne parlant pas un mot de français n’arrivent pas à s’expliquer. Le mannequin est carrément confisqué et amené au commissariat. Après 1h30 de palabres avec les autorités, Olivier réussit à délivrer le mannequin et à le ramener juste avant la première représentation.

Yvan : Un démontage sous une tempête, des collègues « déguisés » pour participer à un spectacle de la Cie Oposito ou enrôlés « à l’arrache » pour un autre de la Cie Artonik, des véhicules déplacés de façon un peu limite, y’en à pas mal en fait. Ce qui est sûr pour autant c’est qu’avec ces quelques années j’ai eu l’occas’ de faire de bien belles rencontres sur le « terrain des régies », des mini-aventures qui en l’espace de quelques jours t’enrichissent suffisamment pour tenir jusqu’à l’édition suivante.. J’ai l’habitude de dire depuis le départ que : « j’ai la chance de rencontrer des gens passionnés et c’est ce qui fait que j’ai la chance d’avoir un job passionnant ».

Stéphane : Ce métier est rempli de surprises ! L’an dernier je me suis retrouvé à devoir gonfler une boule en plastique géante dans laquelle la comédienne du spectacle “Fleur” (Fred Tousch) s’enferme. Je coachais 6 personnes du public pour qu’elle slam jusqu’à la scène en restant droite et en chantant dans la sphère !!! Le timing pour faire la chose étant bien entendu très serré. A la seconde représentation la fermeture éclair de la boule se coince au moment de retirer le gonfleur alors que tout est prêt. Je force pour atteindre la butée, mais un minuscule filet d’air va mettre tout à plat ! Il ne reste que peu de temps avant de devoir réapparaître. La comédienne que je ne peux entendre me mime alors de rouvrir le tout, la boule se dégonfle entièrement, le temps file, le souffleur est à fond, le palpitant est au maximum, je retire le tuyau, la fermeture descend, tout est hermétique ! un grand sourire de l’actrice et nous partons vaillant vers le public, slamant tel une bulle de savon dans son bain, en temps et en heure !!! Inoubliable !!!

Autres actualités

ITW – Anthony Zinonos

Pour chaque nouvelle édition du festival, nous travaillons avec un.e nouvel.le illustrateur.trice. Pour l’édition 2020, nous avons eu la chance de pouvoir collaborer avec Anthony […]

3LF2020 – The Postpone

Sale année pour les artistes émergents qui s’apprêtaient à prendre leur envol. On a souhaité reprogrammer au 6PAR4 ceux qui auraient du se produire aux […]

3LF2021 – Save the date !

Les dates pour l’édition 2021 du festival sont arrêtées ! La 24e édition des 3 éléphants aura lieu du 26 au 30 mai 2021.Un week-end à […]

Festival made with love by

Logo Poc Pok